Une histoire de famille

Il y a 100 ans, mon arrière grand –mère Irénée ouvrait son Hôtel-Restaurant « les Négociants » à la place de l’actuel Atelier du Corps.

Après de nombreuses hésitations, une envie s’est confirmée dans mon cœur, je me lance en 2017 dans le projet passionné de donner une seconde vie à ce lieu mythique qui a bercé les récits de mon enfance.

Si Irénée revigorait les maquignons de sa cuisine maison, qu’à cela ne tienne je soignerai à ma manière les gens, en leur transmettant ma passion pour le fonctionnement du Corps physique, émotionnel et spirituel.

Merci Irénée 

Photo : Irénée et ses petits enfants. Quartier Mandallaz.

Dorothée

Là, c'est moi !

Je m’appelle Dorothée, je suis l’arrière petite fille d’Irenée et François Missillier, négociant en bestiaux du Grand-Bornand, descendus « à la ville » au début des années 20 pour construire l’Hôtel Restaurant « les Négociants ».

Les années 20, une autre époque...

Pendant 40 ans, Irénée régale les papilles des « maquignons » (négociants en bestiaux) venant des quatre coins de la France pour acheter du bétail au marché réputé de la Mandallaz et le porter aux abattoirs au bout de la place.

Le café des Négociants est alors un lieu de vie et de partage dans lequel les personnes viennent chercher des sourires et de la joie.

Naissance de l’Atelier du Corps

En 2012, après des changements de gérance, l’activité du café prend fin et les murs s’endorment.En 2017, une grosse période de chantier s’amorce et l’Atelier du corps ouvre finalement ses portes en juin 2017. La vie reprend entre les murs, le pari est relevé !

Mon arrière grand-père maquignon, place de la Mandallaz.